Home | Aller au contenu | Aller au menu | Politique d'accessibilité | Contact

Le territoire du bassin versant de la baie Missisquoi

Traduire ce site en

Le bassin versant de la baie Missisquoi est le territoire qui draine les eaux des cours d'eau vers la baie Missisquoi, la baie la plus nordique du grand lac Champlain. Le territoire du bassin versant couvre une superficie de 3101 km2, dont 1 311 au Québec (42 %) et 1 789 au Vermont (58 %). On y retrouve trois cours d'eau principaux, la rivière Missisquoi, la rivière aux Brochets et la rivière de la Roche. Ainsi, les eaux de pluie qui tombent sur le territoire du bassin versant ruissellent sur le sol et vont rejoindre les principaux cours d'eau pour se déverser dans la baie Missisquoi. La rivière aux Brochets s'y déverse au Québec, à Saint-Armand, alors que les embouchures des rivières Missisquoi et de la Roche sont situées au Vermont. Par ailleurs, les eaux de pluie qui tombent autour de la baie Missisquoi s'écoulent par plusieurs petits ruisseaux, directement dans la baie.

Du point de vue de la topographie et du réseau hydrographique, on peut subdiviser le territoire du bassin versant en deux parties qui possèdent des caractéristiques très différentes. À l'Est, le sous-bassin versant de la rivière Missisquoi est une région forestière montagneuse dont la superficie au Québec est de 653 km2. La rivière Missisquoi prend sa source dans l'État du Vermont. Elle traverse la frontière à Troy et retourne aux États-Unis à Richford pour finalement se déverser dans la baie Missisquoi dans la municipalité de Highgate, avec un débit annuel moyen d'environ 50 m3/sec enregistré à Swanton au Vermont.

Dans la partie Ouest du bassin versant, on retrouve une région montagneuse dans le secteur de Frelighsburg et, par la suite, une plaine agricole qui s'étend jusqu'à la baie Missisquoi, la plaine argileuse de la mer de Champlain. C'est le territoire du sous-bassin de la rivière aux Brochets (555 km2 au Québec) qui se déverse dans la baie Missisquoi au Québec avec un débit moyen d?environ 10 m3/sec enregistré à Notre-Dame-de-Stanbridge. On retrouve également le sous-bassin versant de la rivière de la Roche (48 km2 au Québec) qui traverse Saint-Armand et dont le débit moyen d'environ 3 m3/sec à son embouchure au Vermont.

Pour plus d'informations sur le bassin versant de la rivière Missisquoi , vous pouvez consulter notre Atlas.

Le réseau hydrographique

On retrouvera la description détaillée du réseau hydrographique dans le document sur le portrait du bassin versant dont voici un bref survol.

La baie Missisquoi possède une superficie totale de 77,5 km2 dont environ 45,8 km2 au Québec. Elle est ceinturée par les municipalités de Saint-Armand, Venise-en-Québec et Saint-Georges-de-Clarenceville. La baie Missisquoi est réputée comme étant un des plus beaux plans d'eau au sud de Montréal et elle représente un attrait touristique majeur à la frontière américaine. La qualité de l'eau s'est détériorée au cours des 50 dernières années, mais des efforts sont réalisés dans l'ensemble du bassin versant pour ramener la concentration de phosphore à 0,025 mg/L. Cet objectif devrait permettre de réduire l'importance des proliférations de cyanobactéries en particulier et de ralentir le phénomène de vieillissement (eutrophisation) de cette belle baie qui a une profondeur moyenne de seulement 2,8 m et maximale de 4,5 m.

La rivière aux Brochets est située en majeure partie au Québec, mais elle prend sa source dans la région du lac Carmi, au Vermont, et du ruisseau Cold qui descend du mont Pinacle, au Québec. Elle passe la frontière à Frelighsburg où elle reçoit les eaux du lac Selby. Elle poursuit son cours vers le Nord en passant par Stanbridge East et Bedford. Elle reçoit les eaux des cours d'eau de Saint-Ignace-de-Stanbridge (rivière aux Brochets Nord et ruisseau Walbridge) ainsi que du Canton de Bedford et de Stanbridge Station (ruisseau Groat et ruisseau Meigs). À Notre-Dame-de-Stanbridge, la rivière aux Brochets reçoit les eaux des ruisseaux de Sainte-Sabine et Saint-Alexandre (ruisseau Morpions) puis elle bifurque soudainement vers le Sud. En traversant Pike River, elle est alimentée entre autres par les ruisseaux Castor et Ewing, ainsi que par les tourbières marécageuses à son embouchure dans la baie Missisquoi.

Les cours d'eau de sa portion aval sont caractérisés par des courants plus lents, avec des eaux plus troubles étant donné le substrat argileux. On y trouve des problèmes de charges importantes de phosphore et de particules en suspension ainsi que quelques secteurs affectés par des rejets de coliformes fécaux. Les efforts de restauration des tributaires et d'assainissement des eaux usées commencent à porter leurs fruits puisque la concentration en phosphore démontre une réduction depuis 1979, notamment pour le phosphore de sources ponctuelles.

La rivière Missisquoi Nord et la rivière Sutton sont les deux principaux cours d'eau du Québec qui se déversent dans la rivière Missisquoi. La Missisquoi Nord prend sa source à Bonsecours et est principalement alimentée par les lacs de tête situés à Eastman: Parker, d'Argent et Orford. À Saint-Étienne-de-Bolton la rivière s'élargit pour former le lac Trousers. Tout au long de son parcours jusqu'à la rivière Missisquoi dans le Canton Potton, elle reçoit également les eaux d'autres petits lacs comme le lac Libby, le lac Long Pond, l'étang Sally et l'étang Sugar Loaf. Plusieurs ruisseaux se déversent directement dans la rivière Missisquoi dans le Canton de Potton, dont le ruisseau Mud et le ruisseau Ruiter qui a à sa tête l'Étang Fullerton. La rivière Sutton, quant à elle, prend sa source à Sutton, dévale les magnifiques monts Sutton et, par la suite, traverse la municipalité d'Abercorn pour se jeter dans la rivière Missisquoi au Vermont à Richford. Les cours d'eau de ce secteur au Québec sont très vifs, avec des eaux claires de bonne qualité.

L'occupation du territoire

Les informations détaillées sur l'occupation du territoire et les usages de l'eau sont traitées dans le portrait du bassin versant dont voici un résumé très succinct.

Le bassin versant de la baie Missisquoi abrite une population permanente d'environ 23 000 personnes et une population saisonnière (chalets et résidences secondaires) d'environ 15 500 personnes, soit un total d'environ 38 500 personnes. On compte environ 630 entreprises agricoles, dont 440 dans le sous-bassin de la rivière aux Brochets. Dans la section québécoise, l'occupation forestière couvre 58% du territoire et les milieux humides 6% alors que l'agriculture occupe 3 % et les zones urbanisées seulement 1%. Au Vermont, l'agriculture occupe environ 24%, le milieu forestier 66%, les milieux humides 4% et les zones urbanisées 5%.

Dans l'ensemble du bassin versant, les problèmes sont surtout liés aux charges de phosphore, aux concentrations d'azote, de nitrates et de pesticides, aux particules en suspension et aux sédiments, ainsi qu'aux coliformes fécaux. Il est donc important de favoriser toutes les actions possibles afin de réduire cette contamination sur le territoire. Par ailleurs, il faut veiller à ce que les développements futurs, incluant les développements urbains et récréotouristiques, ne viennent pas annuler les efforts consentis jusqu'à maintenant pour l'amélioration de la qualité de l'eau. Il pourrait également y avoir des problèmes d'accessibilité à l'eau potable dans certains secteurs soit par un manque de quantité, en particulier en zone montagneuse, ou par une contamination permanente de la nappe phréatique qui est une source importante d'eau potable.

Gestion transfrontalière des eaux

Le bassin versant de la baie Missisquoi se distingue par le fait que ses eaux se déversent du côté américain et non pas directement dans le fleuve Saint-Laurent, comme c'est le cas pour la plupart des autres bassins versants du Québec. Le bassin versant de la baie Missisquoi est en réalité un sous-bassin versant du lac Champlain, étant lui-même le lac de tête du bassin versant de la rivière Richelieu. Les bassins versants sont ainsi intégrés les uns aux autres.

Ce cheminement de l'eau par le lac Champlain exige une gestion internationale intégrée. C'est pourquoi l'Entente sur la coopération en matière d'environnement relativement à la gestion du lac Champlain entre le gouvernement du Québec, l'État du Vermont et l'État de New York a été signé en 1988 et le plan d'action « Perspectives d'Action » a été adopté en 1996. L'Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi siège sur le comité de direction à titre de Comité consultatif du Québec (Citizens Advisory Committee - Québec).

Le 26 août 2002, les gouvernements du Québec et du Vermont ont signé une entente qui stipulait que la réduction du phosphore dans le bassin versant de la baie Missisquoi devait permettre d'atteindre la charge cible totale de 97,2 tonnes métriques de phosphore total par année (tm/an). L'entente fixait à 58,3 tm/an (60 %) la charge cible totale pour les charges de phosphore provenant du Vermont et à 38,9 tm/an (40 %) pour les charges provenant du Québec.

Plus obtenir plus d'informations sur le lac Champlain et le plan d'action Perspectives d'Action : Lake Champlain Bassin Program